Récit de sortie

Trois jours de grimpe à l'Envers des Aiguilles

Paroles de client

Départ au premier train du Montenvers ce samedi 7 juillet : nous sommes 2 cordées: Pierrick et Jean, notre guide, Mamat et moi. Je fais enfin la connaissance de Pierrick, un client de longue date de Jean. Ils ont partagé plein d’aventures aux quatre coins du monde.
Pierrick est un parisien comme moi, amoureux de la montagne et bien sympathique, sobre efficace, serein avec une caisse incroyable. Sans sommeil, sans acclimatation, rien ne l’arrête.
 
L’objectif de ces trois jours : Aiguille de la République samedi, journée de récupération au confortable refuge de l’envers des aiguilles dimanche, puis ascension de la Dent du Crocodile par l’arête est et traversée vers l’aiguille du midi, lundi. Bref, un joli enchainement. Descente des échelles, remontée de la mer de glace puis les échelles de l’envers et enfin le glacier et la rimaye s’enchainent à un rythme que je trouve soutenu et que je ne parviens pas à suivre ce matin. J’ai vraiment le sentiment que ça va vite. Pierrick, Jean et Mamat marchent en parlant sans souffler ! C’est exaspérant !
La rimaye de la République/Grépon passe plutôt bien même si une cordée a renoncé devant nous. Photos sur le sommet effilé : Jean prend la pose à la Rébuffat! et hop on redescend ! Il est 17 h. Arrivée 21h au refuge. Bien sympa, la gardienne nous a gardé les diots au chaud.

Dimanche, il pleut, comme prévu. C’est grasse mat ! C’est bon de buller après une course! Quelques petites longueurs sous le refuge après le déjeuner pour admirer deux jolies anglaises qui grimpent dans la voie d’à côté! Et voilà la journée passée sans effort.

Couchés à 9 h. Départ 3h20 ! On file à plat sur le glacier en traversée puis on attaque la remontée du couloir de neige. La rimaye est impressionnante mais se négocie plutôt bien surtout avec Mamat devant. Le couloir de neige nécessite de la concentration à tous les instants. Je trouve cela raide et pas facile : L’itinéraire oblige à traverser à l’horizontal des goulottes profondes taillées dans la pente par des coulées d’avalanche. On remonte des vires, traverse un couloir en rocher pourri, puis de nouveaux gradins et vires et on finit par buter sur une cheminée côté V : le sport commence à ce moment précis!  Premier joli combat pour cette première longueur qui grimpe : coincement de pied, d’épaule, de main, de genou, tout y passe !
Il est 12h30 quand nous sortons au sommet : pas de vent, du soleil. Le parfait emplacement pour un pique nique bien mérité.
 
Du sommet, c’est une nouvelle course qui commence. Descente en rappel versant nord, puis traversée en glace/neige pour rejoindre l’itinéraire midi-plan. Dans la benne de 17h après une remontée rythmée de la fameuse arête !
Encore une belle aventure.

Texte et photos : Jean-Pierre Juteau, client de Jean Annequin

DU 6 AU 10 DÉCEMBRE 2016


 

Trouver un guide

L'annuaire des guides vous permet de retrouver les coordonnées d'un guide, d'une Compagnie ou d'un Bureau. Vous pouvez également rechercher un guide à partir d'un lieu donné.